Les fondations

Etape 1 : on creuse !
010-decaissage-global.jpg 

Le sol est creusé sur environ 20 cm, afin d’enlever herbes, racines et autres végétaux.

 

Une tranchée d’accès est creusée jusqu’à 50 cm de profondeur, et environ 1m de large. Ceci permettra de circuler et d’accéder librement au futures fondations.
  
 

On replace ficelles et piquets, afin de prendre les mesures exactes des fondations. On creuse alors 30 cm plus profond dans la tranchée, sur 40 cm. de large.

 

Shéma en coupe des fondations :

Etape 2 : remplissage à la chaux.
Un mélange chaux (NHL 3,5) + « tout venant »(mélange sable et gravilllons, ou sable non calibré) est coulé dans la partie la plus profonde seulement.

  

013-creusage-sous-bassement-mise-a-miveau-par-bastaing+shé 

On y ajoute par couches successives de gros galets (80/100 mm de calibre) que l’on compacte à la dame.
Ensuite, ce mélange sera mis de niveau grâce à des bastaings (morceaux de bois qui servent ici de « règles ») :
 

Ce type de fondation est appelé « fondations cyclopéennes ». Cette technique était utilisée par les romains.
Plus d’infos ICI.


016-fondation-cyclopeene.jpg 

Et voilà le résultat : 


Etape 3 : Pose des briques Monomur.
 

017-premier-rang-de-monomur.jpg 

On aura préalablement replacé les cordeaux afin de se guider. 

Les briques sont posés sur un mortier de sable fin auparvavant mis de niveau à l’aide des bastaings. 

Remarque : les briques ne travaillant qu’en compression, j’ai opté pour un scellage à la chaux. 

021-mise-en-place-gaine-technique.jpg 

Détail très important : prévoir les gaines techniques. 

022-2eme-rang-monomur-termin-.jpg 

Deuxième rang terminé. 

023-mise-en-place-parement-chaux-pierre.jpg 

Mise en place d’un parement à base de chaux et de galets sur l’extérieur des briques (voir shéma plus haut). 

028-mise-a-niveau-preparation-scellement-brique-suivante.jpg 

Mise en place du troisième rang de briques :
Ce rang hors-sol est destiné à isoler la paille de l’humidité du sol.

  

  

  

029-et-si-on-rajoutait-une-cave.jpg 

Et si on rajoutait une cave à vin ?
Remarque intéressante des compagnons de chantier : un Bourguignon sans cave, c’est quand même plus vraiment un Bourguignon…

Aussitôt dit, aussitôt fait, il suffisait de creuser ! 

  

030-coffrage-et-realisation-cave.jpg 

 
Coffrage de la cave :

Cette cave est en fait plus une sorte de grande malle enterrée, dont le toit isolé se soulèvera pour y accéder.
Elle ne fait que 70cm. de profondeur.
 

  

034-a-coffrage-finit.jpg 

Coffrage du parement

Remarque : le parement inférieur (sous-terre) avait directement été coulé entre la terre et les briques. Il faut toutefois un coffrage adapté pour faire la partie supérieure. 

035-confection-du-muret-de-parement.jpg 

C’est reparti pour la chaux ! Même technique que pour les fondations sous-terraines. On prend juste soin d’empiler les pierres le plus harmonieusement possible le long du coffrage, puisque celles-ci seront apparentes. 

037-rendu-avant-et-apres-grattage.jpg 

 
Au décoffrage, le résultat n’est pas terrible (à droite).
Mais avec un peu d’huile de coude et une bonne brosse métalique, le parement se révèle vraiment esthétique (à gauche).

 

038-premiere-idee-du-resultat.jpg 

Ca commence à ressembler à quelque-chose ! La cave est terminée, le parement extérieur aussi.
On va pouvoir commencer le hérisson.
 

Ce contenu a été publié dans Belle saison 2008. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *