Après la pluie, vient… la structure ! (préparatifs)


067-aout-on-sort-de-l-hiver-hum-hum.jpg     

Août arrive, on sort de l’hiver. Cherchez l’erreur…     

068-couche-de-geotextile.jpg     

 
Pose d’une couche de géotextile sur les briques monomur. J’y avais préalablement scellé des tiges filletées pour fixer la structure bois. 

    

069-barriere-capilarit-.jpg  

  

Puis pose d’une barrière de capillarité en goudron recouvert d’aluminium (j’avais peur de la tenue du plastique). Cette barrière descend jusqu’au niveau du hérisson. Ainsi on isolera de l’humidité une chape légère qui elle-même isolera la dalle en chaux du sol afin qu’elle puisse servir d’accumulateur de chaleur. 

    

071-le-plan-de-la-ceinture-bois-inferieur.JPG  

 

Le plan de pose de la semelle en bois.  

072-les-morceaux-de-bois-usinee.jpg    
Les morceaux de bois usinés.
Ceux-là avaient été faits avec la Kitty.   
073-essais-de-la-ceinture-inferieur.jpg    

 

La semelle : ça se présente plutôt bien !     

076-en-cour-de-tenonage.jpg     

Et il n’y a plus qu’à essayer le nouveau jouet… en cours de tenonage ici.     

078-sel-de-bore.jpg     


Le produit magique pour protéger le bois contre les insectes et les champignons : le sel de bore.

     

Ce sel est un minéral un peu comme le sel de cuisine, il n’est pas toxique pour l’homme et se récolte sur certains lacs asséchés américains.
Il tue les bactéries présentes dans le système digetif des insectes xylophages, les empêchant ainsi de digérer le bois.
Il a également des propriétés ignifugeantes. 
 
Attention, il n’est toutefois utilisable qu’en intérieur, car il serait lavé par la pluie.  

   

079-la-solution-de-sel.jpg   

  

On en fait une solution dans l’eau jusqu’à saturation, puis il s’applique au pinceau sur un support préalablement humidifié.    

 

080-humidification.jpg     

        Humidification des éléments en bois au vaporisateur.     

082-version-moins-serieuse.jpg     

Et application au pinceau du sel de bore… pas très appliquée !     

083-y-reste-les-poutre-maitresse.jpg     

Un bon test pour la nouvelle tenoneuse-mortaiseuse : les poutres maîtresses.
Ce sont de vielles poutres de chêne pour la plupart, d’environ 150 ans, qui ont été démontées lors de la réhabilitation d’une cave.
     

084-usinage-d-une-poutre.jpg     

 
Les outils souffrent, mais le résultat est à la hauteur des espérances. 

    

085-sciure-pour-toilette-seche.jpg  
Et en plus, on récupère la sciure pour les futures toilettes sèches !   

  

Voilà, tout est fin prêt pour ériger les murs…    

 

  

Ce contenu a été publié dans Belle saison 2009. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.